Portraits de diplômés : librairie et édition

Les études de philosophie conduisent à des emplois et des secteurs professionnels très divers. Ces portraits de diplômés en sont la preuve.

  1. L'édition
  2. La librairie

L'édition

Pierre Durand, chef de projet chez Elsevier-Masson


Pierre Durand


L’UFR de philosophie : Quand avez-vous mené des études de philosophie à l’université ?
 
Pierre Durand : J’ai étudié à l’UFR de philosophie de Rennes 1, de 1998 à 2006.
 
L’UFR : Qu’est-ce qui vous a amené à faire ce choix ?  
 
Pierre Durand : C’est la découverte de la philosophie antique en classe de terminale qui m’y a conduit. Pour le reste, mon choix n'était pas très éclairé : je me suis assez peu renseigné avant d’aller à l'UFR de philosophie et je ne savais pas trop à quoi m’attendre.
 
L’UFR : Quel a été votre parcours de philosophie ?

 
Pierre Durand : A l’université de Rennes 1,  j’ai suivi un parcours classique de philosophie, de la 1ère année de Licence jusqu’au Master 2 recherche. Je me suis inscrit en 1ère année de Doctorat, sur un sujet de philosophie antique. Parallèlement, j’ai préparé le CAPES et l’agegation externes de philosophie, sans succès. J’ai donc décidé de me réorienter en intégrant un master 2 d’édition, ce que me permettait de faire mon diplôme de master de philosophie.  
 
L’UFR : Avez-vous fait une autre formation après la philosophie ?
 
Pierre Durand : Oui, après mon master de philosophie, j’ai intégré un master 2 « Patrimoine écrit » au Centre d’Etudes Supérieures sur la Rennaissance de Tours, qui forme aux métiers de l’édition et aux concours des bibliothèques. Dans le cadre de cette formation, J’ai effectué un stage dans un département éditorial chez Brepols Publisher, éditeur d’Histoire, puis un stage au département des droits étrangers aux Humanoïdes associés, éditeur de bandes dessinées.
 
L’UFR : Quelle(s) profession(s) avez-vous exercée(s) depuis ?

 
Pierre Durand : à l’issue de mon master 2 professionel, j’ai été recruté comme technicien de production éléctronique chez Elsevier-Masson, éditeur médical. J’ai été nommé par la suite chef de projet junior chez le même éditeur. Je suis actuellement chef de projet/chef de produit, toujours chez Elsevier-Masson.
 
L’UFR : Pouvez-vous nous dire, rétrospectivement, ce que vos études de philosophie vous ont apporté, notamment dans votre profession ?
 
Pierre Durand : Mes études de philosophie m’ont procuré une culture assez étendue et, surtout, de réelles capacités d’analyse et d’argumentation qui me servent beaucoup dans ma profession. Savoir raisonner dans l’abstrait, démonter ou monter une argumentation, c’est ce qu’on apprend de plus important en philosophie, et ce qui a le plus d’intérêt dans la vie active, du moins dans la mienne.
 
Si on fait bien ses études de philosophie, on est vraiment formé à cela ; après toutes ces années, j’ai tout oublié de la philosophie de Kant, par contre je sais organiser ma pensée, et je le fais toujours aussi bien voire mieux. Sans ma formation philosophique, je n’aurais pas eu les mêmes outils d’analyse – je ne parle pas d’outils conceptuels mais bien de ma compétence à raisonner dans l’abstrait, à prendre du recul par rapport à une situation ou à un problème. Tout cela, je le dois largement à mes études de philosophie.
 
La philosophie donne donc des outils d’analyse qui serviront dans tout contexte professionnel, mais aussi des outils d’expression qui permettent d’énoncer ses idées avec concision et clarté. Tout cela est un pré-requis dans n’importe quel contexte professionnel, et pourtant c’est ce qui manque le plus aux gens. Dans ces conditions, la formation philosophique constitue un réel avantage.
 
 

La librairie

Jean CHASSELOUP, vendeur en librairie

Parcours en philosophie : Deug, licence, maitrise, 1 an préparation Capes. BP de vendeur en librairie.
 
L'UFR de philosophie : Que retenez-vous de vos études de philosophie? 

Jean Chasseloup: Une période de liberté et d’ébullition intellectuelle, avec peu de contraintes.
 
L'UFR de philosophie : Quel est l’apport de la philosophie à la formation ensuite suivie ?

Jean Chasseloup: Une exigence et une curiosité intellectuelle. Une attitude générale de mise à distance et de doute par rapport à ce qu’on nous présente comme vrai ou bien.