Soutenance de thèse de Sylvain Roudaut "Forma dat esse. Les mutations de la forme au Moyen Age (ca. 1250-1350)."

Jean-Christophe Bardout (Université de Rennes 1 – directeur de thèse) / Joël Biard (Université de Tours) / Olivier Boulnois (EPHE) / Christophe Grellard (EPHE) / Catherine König-Pralong (Université de Fribourg) / Kristell Trego (Université de Clermont-Ferrand).

accueil Beaulieu

Résumé : Ce travail porte sur les évolutions du concept de forme au Moyen Age, plus précisément entre le XIIIème et le XIVème siècle (ca. 1250-1350). Il soutient l’idée que le nominalisme, ou plutôt les nominalismes qui voient le jour au XIVème siècle, ne sont pas seulement motivés par des considérations logico-noétiques, mais qu’ils sont aussi la conséquence des transformations subies par la notion de forme d’un point de vue métaphysique et physique. Ces évolutions sont retracées à travers l’étude de problématiques intriquées qui dominent la métaphysique et la philosophie naturelle du Moyen Age tardif: le problème de l'universel, la controverse autour de la pluralité des formes, la question de l'intensio formarum, le rapport du flux des formes (fluxus formae) au mouvement.