Jacqueline Lagrée participe aux "Rencontres de Sophie 2018"

à Nantes, Lieu Unique, 23-25 mars. Elles auront pour thème "La vérité ou les vérités ?"

les rencontres de Sophie

Sont annoncé(e)s :

 

André GUIGOT ; Angélique THEBERT ; Anne-Bérengère POIREY ; Antoine GRANDJEAN ; Armelle GRENOUILLOUX ; Arnaud SAINT-POL ; Bernard GRASSET ; Blaise BENOIT ; Christelle POTTIER ; Christophe BARDYN ; Christophe MEIGNANT ; Daniel CORNU ; Denis MOREAU ; Dominique PECAUD ; Edwy PlENEL ; Évelyne GUILLEMEAU ; Frédéric GROS ; Frédéric WORMS ; Gabrielle Marion LEDRU ; Ivan JABLONKA ; Jacqueline LAGREE ; Jacques RICOT ; Jean DANET ; Jean-Claude DUMONCEL ; Jean-François CREPEL ; Jean-Luc NATIVELLE ; Jean-Michel VIENNE ; Joël GAUBERT ; Julie CLOAREC-MICHAUD ; Maxime SACRAMENTO ; Michel MALHERBE ; Murielle DURAND-G ; Nadia TAÏBI ; Nadine BOYER ; Olivier DEKENS ; Olivier DEKENS ; Pascal TARANTO ; Pierre GUENANCIA ; Sandrine DARSEL ; Sylvain PORTIER ; Thierry GUIDET ; Thierry GUIDET ; Valérie IGOUNET ; Vincent BOYER ; Vincent JULLIEN ; Yvon QUINIOU …

 

 

Présentation du thème :

 

L’esprit humain a toujours eu tendance à tenir « La Vérité » pour un absolu, qu’elle émane du mythe, de la religion, de la science voire de la philosophie elle-même.
Cependant, depuis le scepticisme antique jusqu’au nihilisme contemporain, ce sont la multiplicité, la variabilité et la caducité « des vérités » qui semblent s’être de plus en plus imposées, comme dans la diversité culturelle des valeurs et la pluralité des paradigmes scientifiques euxmêmes.
Comment vivre alors, penser et agir avec assurance aujourd’hui, pris entre l’inconfort de « vérités » plurielles et la nostalgie d’une « Vérité » unique ?
Ne serions-nous pas, même, embarqués pour une ère de « post-vérité » qui abolirait définitivement jusqu’aux distinctions entre le vrai et le faux, entre le réel et le virtuel, et, finalement, entre émancipation et aliénation, tout autant dans la vie privée, qui semble très bien s’accommoder désormais d’au moins « cinquante nuances de vrai », que dans la vie publique, où lesdites fake news fragilisent de plus en plus tout sens commun ?