Appel à contribution, Colloque interdisciplinaire "Entre système et conjoncture : histoire et méthodes de la philosophie sociale"

organisé à l'Université Rennes 1, les 26 et 27 avril 2018. Les propositions (3000 signes environ) doivent être envoyées avant le 18 février à l'adresse suivante : guillaume.fondu@univ-rennes1.fr et à a.bouffard@unistra.fr Les réponses seront envoyées avant la fin du mois de février.

Ufr philosophie

Appel à contributions

Entre système et conjoncture : histoire et méthodes de la philosophie sociale
Colloque interdisciplinaire Université Rennes I, 26-27 avril 2018

Comité d'organisation :
• A. Bouffard, Université de Strasbourg
• V. Béguin, Université de Poitiers
• A. Féron, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
• G. Fondu, Université Rennes I
• L. Paltrinieri, Université Rennes I
• J. Quétier, Université de Strasbourg

Institutions partenaires :
• Centre Atlantique de Philosophie (EA 7463, Nantes et Rennes)
• Métaphysique allemande et philosophie pratique (EA 2626, Poitiers)
• Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine (EA 2326, Strasbourg)
La philosophie sociale, si elle ne s'est constituée que récemment en tant que domaine théorique (Fischbach, 2009), renvoie néanmoins à des pratiques et à des cadres théoriques bien plus anciens. Son histoire reste cependant à écrire : de nombreux travaux récents ont permis de réfléchir à la spécificité d'une histoire des idées et de la philosophie politique (Skinner, 2009 ; Meiksins Wood 2013), mais le domaine de la philosophie sociale n'a pas encore presque pas fait l'objet de travaux historiographiques de la sorte.
L'étude de la philosophie sociale soulève pourtant des problèmes théoriques propres. En effet, les textes concernés se trouvent à la frontière entre les sciences sociales (qui ont une prétention descriptive), et un normativisme qui n'est le plus souvent que l'écho théorique des expériences sociales et des débats politiques contemporains. La recherche de systématicité (Vuillemin, 2009) qui caractérise ce type de discours lui permet de dépasser l'enregistrement empiriste du simple fait : c'est ce qui lui confère sa dimension heuristique et lui ouvre la possibilité de déployer une critique immanente des pathologies de la société existante. La philosophie sociale, par son ambition de systématicité, est prise dans un rapport ambigu à son époque, puisqu'elle s'élabore à partir des situations et des discours (scientifiques, politiques, littéraires, etc.) qui l'entourent tout en cherchant à dépasser leur caractère fragmentaire et immédiat. Pour accéder à une compréhension véritable de ces discours, il faut donc restituer l’ambiguïté de leur geste inaugural en étudiant concrètement la manière dont l'expérience politique et sociale d'une époque se trouve prise
en charge et intégrée à un système théorique qui permet de les légitimer et d'en rendre raison, et à partir duquel il est possible d'en produire une critique immanente.
Ce colloque se propose d'engager une réflexion collective sur l'histoire, la méthode et le statut épistémologique de la philosophie sociale, en étudiant la façon dont celle-ci se rapporte à ses matériaux (pratiques non réflexives, discours contextuels ou systèmes théoriques), les constitue en objets philosophiques, et les affecte en retour par ses élaborations théoriques. Il s'agit donc de s'interroger sur la spécificité du geste de théorisation de la réalité que met en œuvre la philosophie sociale, en prenant acte du caractère socialement et historiquement situé de ses matériaux aussi bien que de son propre discours.
Afin de progresser dans l'étude de ce geste de théorisation, on s'intéressera aux trois axes suivants, en privilégiant les interrogations de type méthodologique ou portant sur des cas précis :
1/ La genèse et le statut des concepts de la philosophie sociale. La théorisation opérée par la philosophie sociale repose souvent sur un travail de mise en système du langage ordinaire et des expériences sociales qu'il exprime. À partir d'études précises, il s'agira de pointer la genèse de tel ou tel concept ou groupe de concepts ainsi que les opérations qui permettent de les intégrer au discours philosophique pour les constituer en outils d'analyse dotés d'une validité générale, tout en conservant une trace de leur ancrage historique et social.
2/ L'efficacité sociale ou politique de la philosophie sociale. La philosophie sociale présente généralement l'ambition de dépasser la posture strictement descriptive pour intervenir socialement ou politiquement dans la réalité contemporaine. Si l'on admet que le monde politique met aux prises des groupes définis par des identités qui sont en partie symboliques, la catégorisation opérée par la philosophie sociale peut alors contribuer à faire bouger les lignes et à refaçonner les groupes en question. Il s'agira ainsi d'étudier les effets et modes d'action de la philosophie sociale sur la structuration du social, ou en encore les effets, sur la réalité sociale, de son découpage théorique.
3/ La scientificité et la situation socio-historique de la philosophie sociale. La philosophie sociale prétend construire sa validité descriptive par une montée en généralité à partir de ses matériaux : celle-ci n'est cependant que relative, puisqu'elle demeure ancrée dans la conjoncture qui l'a vu naître. Pour autant, sous réserve d'une certaine réflexivité méthodologique, le caractère situé d'un discours ou d'une théorie n'exclut pas la persistance de sa valeur pour d'autres situations sociales ou historiques. Il s'agira alors de réfléchir sur la démarche consistant à réactualiser (de façon plus ou moins critique) une théorie élaborée dans une situation révolue, ainsi que sur le sens que peut encore avoir pour nous telle ou telle entreprise de philosophie sociale.

• Bibliographie indicative
◦ BOURDIEU Pierre, L'Ontologie politique de Martin Heidegger, Minuit, 1988.
◦ BOURDIEU Pierre, Science de la science et réflexivité, Le Seuil, 2001.
◦ CLARKE Simon, The Foundations of Structuralism, Harvester Press, 1981.
◦ COLLIOT-THÉLÈNE Catherine, Le Désenchantement de l’État : de Hegel à Max Weber,
Minuit, 1999.
◦ DUFOUR Eric, FISCHBACH Franck et RENAULT Emmanuel (dir.), Histoires et définitions de la
philosophie sociale,Vrin, 2013.
◦ ELIAS Norbert, La Dynamique sociale de la conscience, La Découverte, 2016.
◦ FISCHBACH Franck, Manifeste pour une philosophie sociale, La Découverte, 2009.
◦ GOLDMANN Lucien, Sciences humaines et philosophie, Denoël, 1973.
◦ GRANDJONC Jacques, Communisme/Kommunismus/Communism. Origine et
développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des
utopistes aux néo-babouvistes (1785-1842), Paris, Éditions des Malassis, 2013.
◦ HABER Stéphane, Freud et la théorie sociale, La Dispute, 2012.
◦ HEILBRON Johan, Naissance de la sociologie, Agone, 2006.
◦ HORKHEIMER Max, Théorie traditionnelle et théorie critique [1970], Gallimard, 1974.
◦ KARSENTI Bruno, D'Une Philosophie à l'autre, Gallimard, 2013.
◦ KORSCH Karl, Marxisme et philosophie [1923], Allia, 2012.
◦ KOUVELAKIS Stathis, Philosophie et révolution : de Kant à Marx [2003], La Fabrique,
2017.
◦ JOLY Marc, La Révolution sociologique, La Découverte, 2017.
◦ LUKACS Georg, Le Jeune Hegel [1948], Gallimard, 1981.
◦ LUKACS Georg, Existentialisme ou marxisme [1947], Nagel, 1948.
◦ MARX Karl, Théorie sur la plus-value [1905-1910], Éditions sociales, 1974-1976.
◦ MEIKSINS WOOD Ellen, Des Citoyens aux seigneurs : une histoire sociale de la pensée
politique de l'Antiquité au Moyen-Âge [2008], Lux, 2013.
◦ MERLEAU-PONTY Maurice, Les Aventures de la dialectique [1955], Gallimard, 2000.
◦ PASSERON Jean-Claude, Le Raisonnement sociologique [1991], Albin Michel, 2006.
◦ SKINNER Quentin, Les Fondements de la pensée politique moderne [1979], Albin Michel,
2009.
◦ THOMPSON Eward Palmer, Misère de la théorie [1978], L'échappée, 2015.
◦ VUILLEMIN Jules, What are Philosophical Systems [1986], Cambridge University Press,
2009.
◦ WEBER Max, Sociologie des religions, Gallimard, 2006.

Les propositions (3000 signes environ) doivent être envoyées avant le 18 février à l'adresse suivante : guillaume.fondu@univ-rennes1.fr et à a.bouffard@unistra.fr Les réponses seront envoyées avant la fin du mois de février.
Pour permettre de maximiser les échanges, nous demanderons à tou-te-s les participant-e-s d'envoyer avant le 15 avril le texte, ou à défaut un plan détaillé, de leur intervention.